des centaines d'astuces pour vous faciliter le quotidien

L’hypnose gagne du terrain au Maroc

L’hypnose gagne du terrain au Maroc

 

Slim Kabbaj, professeur universitaire, coach et président de l’Association marocaine des praticiens en hypnose (AMPH) DR

Il y a quelques semaines, Slim Kabbaj, président du cabinet IS-Force, crée avec d’autres praticiens l’Association Marocaine des Praticiens en Hypnose (AMPH).

 

 

Il y a quelques semaines, Slim Kabbaj, président du cabinet IS-Force, crée avec d’autres praticiens l’Association Marocaine des Praticiens en Hypnose (AMPH). Une pratique reconnue depuis la nuit des temps mais qui mérite d’être décryptée en détail. En tant qu’expert et président de ladite association, Slim Kabbaj a accepté de le faire pour démystifier cette technique.

ALM : Pouvez-vous nous parler brièvement de votre parcours ?

Depuis l’âge adulte et au niveau professionnel, j’ai eu une première vie comme chercheur en génie civil et professeur d’université, j’ai eu une deuxième vie dans les hautes technologies et le management d’organisations et j’en suis à ma troisième vie depuis une douzaine d’années dans les domaines du management, du coaching, du bien-être et du développement personnel auxquels j’ai rajouté plus récemment l’alimentation et les produits bio. Ce qui me passionne aujourd’hui, c’est comment accompagner un individu ou un groupe à être le meilleur de ce qu’il peut être sur tous les plans : mental, émotionnel, spirituel et aussi alimentaire, pour approcher le meilleur équilibre de vie et de travail.

 

Quels sont vos champs d’intervention et qu’offrez-vous à vos clients ?

J’interviens en tant que coach et praticien expert en hypnose avec des sujets ou clients pour les accompagner à trouver des solutions à des problèmes de performance, pour améliorer leur efficacité professionnelle ou leur communication, ou pour identifier de nouveaux chemins de mieux-être et d’épanouissement personnel. Certains de nos outils aident à régler effectivement des problèmes de phobie, de gestion de stress, de poids, d’addiction, de dépression, d’insomnie, d’allergie; nous évitons néanmoins de pratiquer la médecine en tant que tel, sauf les praticiens diplômés en médecine par ailleurs. En fait sur ce point, beaucoup de médecins, de psychologues aujourd’hui se forment à l’Hypnose, à la PNL, à la Thérapie Cognitivo-Comportementale, à l’Analyse Transactionnelle…, pour disposer d’une boîte à outils et aider leurs patients de manière plus complète et répondre aux problèmes de plus en plus complexes et inter-reliés de la vie moderne. Le stress notamment a des répercussions psychosomatiques de mieux en mieux identifiés et/ou bien appréhendé par les médecines « douces », voire par l’auto-hypnose et la méditation. Je suis de ceux qui voient une grande complémentarité dans toutes ces disciplines.

Rappel historique des origines de l’Hypnose

Sur cette discipline appelée hypnose, il faut rappeler qu’elle est connue et était pratiquée par d’anciennes civilisations (en particulier les Sumériens et les Egyptiens), dont les guérisseurs soignaient déjà avec des mots. Les siècles derniers, avant l’apparition du chloroforme, les anesthésies se faisaient par hypnose sur les terrains de guerre. Paradoxalement, c’est l’hypnose de spectacle qui a donné une image tronquée à l’hypnose et aussi Freud avec la psychanalyse qui a relégué l’hypnose au second rôle, avant qu’elle ne revienne en force portée par un psychiatre et psychologue américain, Milton Erickson (1901-1970). Ce dernier a mis de côté ses connaissances universitaires pour pousser les travaux et faire des développements remarquables en hypnose, qui lui avaient déjà permis étant jeune de dépasser ses handicaps, dont une grave infirmité due à une crise aigüe de poliomyélite. La nouvelle hypnose a élargi encore plus la pratique, avec plus de suggestions permissives et de moins en moins de directivité. 

 

 

Pouvez-vous nous démystifier les principales techniques thérapeutiques que vous offrez justement à vos patients/sujets ?

Permettez-moi de me limiter à l’hypnose pour ne pas me disperser et mieux me faire comprendre. Chacune des thérapies nécessiterait un développement.

L’hypnose éricksonienne voit l’hypnose comme une communication avec la partie inconsciente du cerveau, réservoir de ressources, de sagesse et de créativité, et qui a les capacités de trouver les solutions pour le mieux-être du sujet. De plus, l’état hypnotique est considéré comme un état naturel qui est vécu par chaque individu plusieurs fois par jour et représente un moment de grande suggestibilité où les croyances limitantes, les habitudes, les conditionnements peuvent être remis en cause. Ainsi, le praticien en hypnose génère avec des mots ce même état et guide la personne concernée introduisant des suggestions qui vont dans le sens des objectifs désirés ; les suggestions sont intégrées dans des métaphores, des techniques et un savoir-faire de manière à être accepté par l’inconscient et créer ainsi les transformations et les changements espérés. C’est un travail conjoint entre le praticien et le sujet, acteur de son mieux-être.

 

Quelle est l’évolution de certaines techniques thérapeutiques dans le monde ?

Le 20ème siècle a vu apparaître une série d’avancées novatrices dans la compréhension des individus au niveau psychologique et des comportements humains. Charcot, Bernheim, Freud, Jung et Rogers ont ainsi développé diverses théories qui ont marqué pour longtemps nos connaissances et dont les débats contradictoires continuent de nos jours. Dans les années 50, la psychologie est rentrée dans les entreprises et a permis de remettre en cause le travail à la chaîne né de la révolution industrielle, développant aussi beaucoup de théories psychologiques et de travaux sur l’intelligence. Dans les années 70, c’est toute notre compréhension et conception de la communication qui ont été réactualisées, avec l’Ecole de Palo Alto, avec aussi le développement de la PNL.

 Depuis, il y a une sorte de convergence entre les médecines anciennes (notamment chinoise) et leur manière d’appréhender l’humain en tant qu’ensemble intégré et de privilégier aussi la prévention, la médecine moderne dans ce qu’elle apporte comme outils de compréhension, de diagnostic et de traitement, en particulier les neurosciences, et plus récemment les théories de la communication et des comportements humains. Il est notable que la discipline en vogue dans les grands centres de recherche hospitaliers est aujourd’hui la psycho-neuro-immunologie (PNI), qui reflète cette convergence. L’hypnose, la méditation, le « mindfulness », l’art thérapie, la musique, les massages, le yoga, le taï chi, etc., ont maintenant fait leur entrée dans les pratiques hospitalières modernes et dans les cabinets des psychologues et thérapeutes.

Missions de l’AMPH

L’Association Marocaine des Praticiens en Hypnose qui regroupe des professeurs, des coachs, des médecins, des psychologues, des thérapeutes, des pharmaciens, des dentistes et autres relations d’aide, a été créée avec divers objectifs :

-       Réunir les praticiens en hypnose éricksonienne, nouvelle hypnose, hypnose médicale, hypnose clinique, hypnose thérapeutique, soit travaillant à plein temps, soit en métier connexe

-       Créer un cadre de rencontre, d’échange, d’intervision et d’échange d’expérience de l’hypnose dans les relations d’aide

-       Ouvrir un espace de supervision, de développement professionnel des praticiens en hypnose

-       Se positionner comme une référence de la déontologie et de l’éthique du praticien en hypnose

-       Créer un programme de promotion, un espace de rayonnement et un lieu de développement d’un label de qualité, de professionnalisme et de crédibilité dans la pratique de l’hypnose

Accompagner les praticiens en hypnose dans leur développement professionnel et leur expérience grâce à un système d’accréditation

 

Quelles sont les avancées dans ce domaine au Maroc ?

Les mêmes débats, les mêmes pratiques et les mêmes théories existent au Maroc. Mais ne nous faisons pas d’illusion, certains de ces domaines (comme la PNI) nécessitent des budgets colossaux en matière de recherche, notamment au sein des hôpitaux. Ce qui est plus à notre portée, c’est l’observation des comportements et la compréhension de certains modèles ; c’est aussi la validation des outils par l’expérience dans notre environnement social. L’hypnose est ainsi en train de faire des avancées en nombre de praticiens spécialistes, en médecine et dans les cabinets dentaires. J’espère que ces domaines resteront ouverts aux études et recherches, aux écoles de pensée et aux pratiques, dans un débat sérieux, pour le plus grand bien de la santé et du bien-être de la population.

  

Comment peut-on mesurer les résultats d’une pratique de ce genre ?

Le sujet/client accompagné est le seul juge du résultat vis-à-vis des objectifs qu’il s’est tracé vis-à-vis de son mieux-être, de sa santé, de ses réussites. Il y a en un sens une dimension significative de subjectivité ; comme c’est le cas dans beaucoup d’applications médicales, en psychologie, en psychanalyse. Les résultats de l’hypnose peuvent se mesurer aussi en comparaison avec diverses pratiques sur les mêmes sujets, de plus en plus nombreux à voir des spécialistes dans notre domaine et par le taux de retour. Les mentalités et les pratiques évoluent dans le bon sens ; n’oublions pas qu’il y a peu de temps, on ne pouvait être accompagné dans quelque pratique de bien-être que ce soit que si on était vraiment malade.

 

J’imagine que si vous avez décidé de créer une association des praticiens en Hypnose c’est bien pour lancer les jalons d’une charte déontologique de telle sorte à faire barrière aux personnes qui pourraient s’autoproclamer hypnotiseurs praticiens et créer des dégâts psychologiques certains sur l’individu. Quels sont les risques justement encourus par une personne qui se fait hypnotiser par une personne qui ne maîtrise pas la technique ?

L’AMPH a mis en place une charte déontologique à signer par tous les praticiens qui adhèrent à l’Association. De plus, le comité concerné a le droit de refuser toute personne qui ne présente pas les conditions pédagogiques et de savoir-faire de la discipline et qui ne respecte pas la déontologie d’une bonne pratique. Les risques que font courir les apprentis sorciers insouciants ou cupides est de choquer ou perturber le sujet ou pire de traiter un sujet qui présente des troubles mentaux, qu’il faudrait guider vers des psychiatres mieux à même de gérer les cas lourds de ce type. Ceci dit, pour un sujet normal, un mauvais « hypnotiseur » n’est pas exagérément dangereux ; comme je le disais, l’hypnose ce sont des mots et une communication qui entraînent un état modifié de conscience. Quand cela ne marche pas, le sujet reste « éveillé » ou sort rapidement de sa transe, sans le résultat recherché. Le contrecoup de ces dérives individuelles est la perte de crédibilité de la pratique de l’hypnose. Nous avons été attentifs lors de l’Assemblée Générale de l’AMPH que le bureau soit notamment composé de médecins, de pharmaciens, de psychologues, de thérapeutes, de formateurs, de coachs pour bien évaluer et promouvoir la pratique avec ses différentes perspectives au Maroc.

Au-delà de ce qui a été dit, certains praticiens disent qu’il faut avoir un certain don pour pouvoir se prévaloir expert en hypnose. Adhérez-vous à cette thèse ou la réfutez-vous ?

Pour apprendre et pratiquer l’hypnose, aucun don ou talent particulier ne sont nécessaires. C’est un ensemble de techniques qu’il faut maîtriser et un savoir-faire qu’il faut pratiquer. Plus une personne travaille sa boîte à outils et sa créativité, ajuste ses manières de faire aux sujets qu’il a en face de lui, garde une modestie vis-à-vis de la complexité de l’individu et du fait que chacun est unique, et plus les résultats seront probants. Je dirais la même chose de la communication : ce sont les deux facettes de la même pièce.

Les pré-requis pour devenir expert en hypnose 

Au sein de l’AMPH, cette question a soulevé un grand débat qui s’est conclu par la création d’un Comité d’Adhésion et d’Ethique chargé d’évaluer les candidatures et par les conditions minimales d’adhésion suivantes :

  • Avoir fait une formation en hypnose au minimum de 100h équivalentes à 12 jours pleins
  • Un minimum de 15h de formation continue annuellement pour renouveler son adhésion
  • Avoir fait la formation avec un ou plusieurs formateurs confirmés, soit certifiés par des organismes connus et reconnus et/ou ayant des références crédibles
  • Faire preuve d’éthique et de déontologie vis-à-vis des pairs et vis-à-vis des clients/patients/sujets.

 

Vous-même, comment avez-vous acquis cette formation et dans quelle circonstance?

J’ai toujours été attiré par les échanges et les relations humaines depuis très jeune ; j’ai ainsi animé une émission à la radio à l’âge de 17 ans et depuis la communication fait partie de ma vie. Dès que j’en ai eu l’opportunité, il y a plus d’une douzaine d’années, j’ai naturellement plongé professionnellement dans le monde de la communication et du coaching d’abord à l’Université Harvard aux USA puis à la Coaching Academy de Grande Bretagne. Depuis, je n’ai pas arrêté de me former, en analyse transactionnelle, en analyse systémique, en Thérapie Cognitivo-Comportementale. Quand j’ai abordé sérieusement l’hypnose éricksonienne, j’étais d’abord sceptique et comme beaucoup j’avais des préjugés sur l’hypnose dont je ne voyais pas l’utilité dans l’enseignement, le coaching ou en thérapie. Mes professeurs, parmi les meilleurs au monde : notamment Richard Bandler, John Grinder et Betty Alice Erickson, m’ont convaincu que les résultats, en particulier avec les sujets qui présentaient des inhibitions, des résistances, des croyances limitantes, des conditionnements…, étaient de loin supérieurs avec l’hypnose. Je décris ainsi régulièrement dans la presse les résultats que j’obtiens ; certains cas sont étonnants. Cela m’encourage à avancer davantage ; et plus j’apprends, plus je me rends compte de ce que je dois encore apprendre : le cerveau est vraiment l’organe le plus complexe de l’univers.

 Je suis membre de la « National Guild of Hypnotists » et accrédité par le « Board », la plus grande association de praticiens en hypnose avec 35.000 membres, et je vais régulièrement participer au grand rassemblement annuel près de Boston pour me ressourcer auprès des plus grands experts, apprendre de nouvelles techniques, confronter mes pratiques. J’aimerais préciser que les statuts, les conditions d’adhésion, la charte éthique et le système d’accréditation de l’AMPH sont fortement inspirés de la NGH.

 

Que conseillez-vous à vos patients quand ils sont partagés entre la médecine pure et dure et les techniques dites douces pour atténuer leurs souffrances ?

Dans le cas de souffrances, les sujets viennent en général voir un praticien en hypnose ou en technique douce quand ils ont fait le tour des autres praticiens et qu’ils sont prêts à essayer autre chose. Il arrive aussi qu’ils voient leurs médecins en parallèle. En tout état de cause, notre apport est complémentaire à celui de la médecine et vise avant tout à apporter du mieux-être, sans nous substituer aux médecins. Il arrive d’ailleurs que les choses se fassent en totale coordination entre les différentes spécialités pour l’intérêt de la personne en question. Au Maroc, les médecins sont nombreux à venir à l’hypnose médicale et à l’hypnose clinique, et à d’autres techniques douces, et c’est une excellente tendance. Il faut savoir que Milton Erickson, psychiatre, psychologue et praticien en hypnose, a énormément apporté au traitement de la douleur par l’hypnose et le potentiel d’utilisation est considérable au Maroc comme ailleurs.

 

Prévoyez-vous dans vos projets de vous consacrer à la formation de certaines personnes qui seraient prédisposées à devenir praticiens en hypnose ?  Quels sont les critères d’éligibilité ?

Je contribue à des formations en hypnose depuis trois ans, auxquelles participent des cadres supérieurs, des coachs, des médecins, des dentistes, des pharmaciens, des thérapeutes... Des équipes de spécialistes animent ainsi au sein d’IS-Force des modules sur les théories, sur les techniques et sur le savoir-faire pratique dans le domaine, pour un volume horaire de plus de 200 heures. Certains étudiants font le programme pour eux-mêmes, d’autres pour devenir praticiens, et nous fonctionnons sans considération d’une prédisposition quelconque qui n’a pas lieu d’être. Les critères d’éligibilité sont assez souples ; nous ne certifions néanmoins en fin de programme que les personnes aptes à entrer dans les relations d’aide, en prêtant attention aux déséquilibres critiques éventuels. Notre pédagogie est anglo-saxonne en ce sens que nous faisons un suivi de proximité des participants avec une série d’ateliers pratiques et personnalisés pour nous assurer que les participants ont la connaissance et l’habilité nécessaires pour pratiquer dans de bonnes conditions.

 

Avez-vous d’autres éléments à ajouter surtout en matière de préservation des individus face à certaines formes de charlatanisme ?

Je crois que dans toute pratique et même au niveau international, il y a des risques de charlatanisme et de dérive. A l’opposé, l’histoire est malheureusement féconde de tous les rejets et les résistances vis-à-vis de disciplines, qui finissent par faire leurs preuves après trop de perte de temps. Il faut donc pouvoir faire la part des choses ; chacun est invité à la prudence et à utiliser son sens critique pour évaluer ce qui est sérieux de ce qui ne l’est pas. Un bon praticien, marocain ou étranger, est crédible par ses formations, ses certificats, sa réputation et ses résultats, ainsi que l’environnement dans lequel il travaille. Pareil pour une formation de praticiens : il y a un nombre d’heures ou de jours, la réputation et la crédibilité des formateurs, la valeur de la certification. Un des objectifs de l’AMPH, comme je le disais, est de clarifier la situation dans notre environnement ; il n’en reste pas moins que chacun doit faire ses choix en toute liberté et en connaissance de cause.  

                                                                                      

 

                                                                                       Propos recueillis par

 

Dounia Essabban Le : 2013-01-03

Rechercher dans le site

Contact

MAC ASTUCE1

ASTUCES INFORMATIQUE WINDOWS

17/03/2016 19:06

Bon plan, les meilleurs sites et applications pour mini budget

  Vous êtes un radin ou simplement n’aimez pas dépenser un sou !   Ne vous inquiétez pas vous n'êtes pas le seul, des applications et sites Web sont spécialement dédiés à ceux qui traquent  les bonnes affaires. Radins.com    accompagne les...

TOUTS SAVOIR SUR LES DRONES

13/03/2015 10:55

Le drone DJI capture l'image d'un objet volant non identifié

Le drone DJI aurait  filmé un objet volant non identifié au-dessus de la Silicon Valley. La vidéo fait grand bruit sur Internet et suscite les hypothèses les plus variées.  La vidéo a été mise en ligne le 8 mars. Les images auraient été tournées par un drone DJI...
08/03/2015 12:58

Le drone DJI S1000+ hexacopter photo pro

Le DJI S1000+ hexacopter est un drone prêt à voler et à capturer le summum de la photographie aérienne.   Si vous cherchez un drone professionnel pour des inspections, agricole de précision, la photographie, la cinématographie, l'arpentage et plus, le S-1000 est le...

 

BEAUTÉ A PETIT PRIX

14/10/2013 10:41

Astuce des Sourcils épilation d'arc parfaites

  Le matériel : 1 une pince à épiler qu’on désinfectera à l’alcool ou autre antiseptique avant toute utilisation 2 un coton, un crayon au khôl pour tracer la ligne que suivra l’épilation 3 éventuellement un glaçon. En effet, un glaçon passé sur le sourcil avant...
 

  PARTENAIRE